Tirages uniques sur plaques de fer

«Paquare» est une série de photographie grand format sur fer brut poncé. Les cliché ont été réalisé sur la côte caribéenne du Costa Rica à l’embouchure du fleuve Paquare au cours d’une mission de volontariat pour la protection des tortues marines et de leur ponte.

J’ai choisi de travailler la photographie sur ce matériau afin de créer un effet miroir, un dialogue entre l’œuvre et le volontariat afin d’en signifier la nécessité mais aussi ses limites.

Bien que passible de 2 ans d’emprisonnement ferme, le braconnage est profondément encrée dans cette région du Costa Rica et constitue parfois pour les familles vivants sur place l’unique source de revenue dans cette région isolée du pays et inaccessible par voie terrestre. J’ai ainsi eu la chance de protéger une tortue Luth durant sa ponte et de veiller à leur sauvegarde en attendant la mise en lieu sûr des œufs par les biologistes présent sur l’île, mais j’ai également connu l’amertume de voir des traces de quads et d’une carapace trainée au retour d’une patrouille.

Le volontariat protège et fonctionne mais sans une éducation de la population et la proposition d’alternatives viables pour les familles par les gouvernements, le volontariat n’aura qu’un impact réduit sur le long terme et ne saurait seul empêcher la disparitions d’espèces en voie d’extinctions.

De la même façon, le fer brut nécessite attention et soin puisque susceptible de s’oxyder au contact de l’humidité.

Ainsi l’œuvre, tout comme notre écosystème est vouée à disparaitre si elle ne bénéficie pas d’une attention particulière.

Cette serie est particulièrement représentative de ma démarche artistique:

On peut retrouver une certaine dualité: Noir et Blanc, contraste entre les sujets (paysages) et matériau (fer), introspection et militantisme.

Introspection car un cliché n’est jamais anodin pour moi, au delà du travail de photographie et de la transformation qu’il opère sur ma façon de percevoir l’environnement, mon regard est guidé que ce soit par mon conscient ou mon inconscient. Même si c’est une approche plus intime et personnelle de mon travail elle n’est toutefois pas complètement dénuée d’intérêt puisque chacun est libre d’opérer un transfert avec son expérience propre.

Militante car cette série a pour objet la mise en avant du travail considérable des ONG et la sensibilisation du public à la nécessité de protéger notre environnement.

Cohérente surtout, car elle représente une démarche globale. Elle est l’aboutissement d’une aventure humaine extraordinaire, de rencontres, de partages, de joies mais aussi de peurs. Elle est le fruit d’un séjour en milieu sublime certes mais hostile et extrême de par la disposition des braconniers envers les volontaires, de part les conditions de vie difficiles et de part les conditions de patrouilles nocturnes, sans aucune source de lumière, sujets aux vagues, et aux violentes intempéries de la saison des pluies.